Derniers Articles

NORMANDIE HORSE SHOW

jeudi 05 août 2021

FOCUS sur le - Haras des TAME

Un équilibre subtil entre tradition et modernité

Est-il utile de rappeler que le Haras manchois situé à Saint-Côme du Mont, s'appuie sur une tradition entamée par Jean BROHIER, le patriarche, avec Narcos II et poursuivie avec succès depuis 30 ans par Denis et Sylvie avec Panama, Québec, Old Chap Tame et tant d'autres. Aujourd'hui, fort de ses racines, et de son savoir faire, Tame s'est recentré et concentré sur l'élevage tout en poursuivant parallèlement une activité de reproduction partagée entre le prélèvement d'étalons et la distribution limitée de quelques sujets.

Une dizaine de poulinières

Dans le cadre d'un élevage extensif qui n'excède pas 100 têtes auxquelles se mêlent par ailleurs des vaches allaitantes, Denis entretient 10 poulinières " Je privilégie les jeunes juments de 4, 5 et 6 ans. Par le biais de transferts d'embryons ( NDLR : sur des juments porteuses) j'ai augmenté le nombre de naissances qui est passé de 12/14 à entre 16 et 20 par an. Cette année ( pour les naissances de 2022) 22 sont pleines". Pour ses croisements le boss de Tamerville s'appuie essentiellement sur la jeune génétique, qu'elle soit mâle ou femelle : " Si j'utilise des étalons reconnus, j'aime également essayer les jeunes reproducteurs dont la Normandie est riche et que nous pouvons voir évoluer régulièrement en concours autour de chez nous".

Vendre à 3 ans

Voilà le leitmotiv du Haras de Tame ! " Pour la formation ultérieure, je souhaite idéalement ne conserver que 2 ou 3 chevaux par génération. Cette année j'ai deux juments de 4 ans par Cicave du Talus, un étalon que j'avais utilisé dès le début de sa carrière de reproducteur. Elles ont effectué quelques parcours. Elles ont ensuite été l'objet de transferts d'embryon, l'une 3, l'autre 1 en particulier avec Galion de Perhet et Ginko du Rouet de jeunes étalons".

Equus Tame (Qlassic Boimargot), aujourd'hui âgé de 7 ans avait fait l'objet d'une petite incartade à cette stratégie " Nous l'avions vendu à 18 mois à un Hollandais. C'était un vieux client de mon père. Ce monsieur est vétérinaire de l'équipe de dressage. Le cheval à été approuvé étalon KWPN ( Stud book néerlandais). Il a été ensuite Vice-Champion des 6 ans". Tout compte fait une bonne opération pour la notoriété de la maison et la diffusion de l'excellence normande.

Pendant le CIR du cycle classique SHF disputé en ouverture du Normandie Horse Show, le Haras de Tame a fait évoluer 5 chevaux de 5 ans : 3 juments , 2 hongres et 1 de 6 ans. Ils sont majoritairement montés par Armand Mallet : " Armand loue une quinzaine de boxes dans nos installations et travaille comme prestataire pour nos chevaux".

Le prélèvement de semences

Voilà longtemps qu'en collaboration avec la Sté Eurogen, Tamerville est le centre de prélèvement de semences de reproducteurs qu'Eurogen, dont le siège est à Carentan, distribue partout en Europe : " Nous prélevons entre 50 et 60 étalons par an" précise Denis qui ajoute : " Nous exerçons l'activité d'étalonnier pour 3 étalons : Happy Day d'Iscla. Jérémie Rolland, le propriétaire du Champion des 3 ans, très occupé par ailleurs a confié cette tâche à mon épouse Sylvie. Nervoso et Upsilon sont gérés par leurs propriétaires. Aujourd'hui, l'étalonnage est devenu très spécialisé. Il est dominé par une petite poignée de professionnels : GFE, France Etalons ... qui permettent de diffuser largement les reproducteurs confirmés tout en assurant la promotion des jeunes générations".

Calgary TAME la nouvelle pépite

On peut l'imaginer au vu de son succès voilà une semaine dans le Grand Prix du CSI3** d'Herzlake en Allemagne associé à Julien Epaillard. Dans les écuries du natif de Brix depuis le début de la saison, Calgary progresse à chacune de ses sorties. C'est qu'il est bien né ce petit alezan d'à peine plus d'1.60m. Il est le produit d'Old Chap Tame et de Davendy S une jument montée d'abord au haut niveau par Cédric et Eugénie Angot. Vendue à l'Américaine Jessica Springsteen, elle fit florès.

La soixantaine bien entamée, n'a semble-t-il rien entamé elle, de l'enthousiasme des TAME qui ont judicieusement orienté leur activité pour l'adapter à l'évolution de la filière équine de sport sans en perdre son capital historique.

Pub 1

Pub 2

Pub 3

SAINT- LÔ

mercredi 04 août 2021

NORMANDIE HORSE SHOW

Une grosse journée de CIR

Good Pleasure Semilly Champion des 5 ans

C'est sans surprise que le fils de For Pleasure monté par Alexis Gourdin s'est adjugé cette édition 2021. Il devance le très distingué dans sa robe Galion de Perhet ( Cornet Obolensky) monté par Edgard Paillousse. Le 2ème accessit revient à Gold Sky de Pégase ( Thais de Pégase) monté par son propriétaire Alix Ragot.

Fol'Amour de Pléville Championne des 6 ans

Alors que dans la jeune génération, le podium est phagocyté par des mâles, c'est une jument qui s'impose dans les 6 ans. Il s'agit d'une fille de l'ancien champion olympique Hickstead montée par la très adroite Mélanie Cloarec. Laquelle Mélanie, dans un jour de grâce, prend la 6ème place avec Feeling de Pléville, jument également fille de Maloubet de Pléville. Friendly Farmer (Canturo) un mâle né chez Lydie Guillou au Plessis Hébert (27), monté par le placide Tony Hanquinquant est 2ème alors que Floride Va ( Canturo), une jument exploitée par l'attachant Ludovic Tripon complète le podium. On retiendra que Floride Va née chez Christiane et Louis Lapierre à Picauville (50) est la propre soeur de Grade Va, double sans faute dans le CIR des 5 ans.

Simon Gallet, le cavalier du jour

C'est sans doute avec une pointe de nostalgie et de satisfaction que le cavalier de l'élevage de Coquerie a vécu la victoire olympique de Ben Maher. En effet, c'est en 2008, tout juste âgé de 20 ans, que sur l'intervention d'un ami saint-lois, Simon franchissait la Manche pour aller vivre une expérience d'une demi année chez le futur double Champion olympique. Aujourd'hui à Saint-Lô, avec le soutien constant et efficace de sa compagne /groom Laure, Simon Gallet concluait le CIR sans avoir fait tomber une seule barre tant avec ses deux chevaux de 5 ans qu'avec les deux de 6 ans, tous bien entendu estampillés Coquerie. Il se souvenait, avec amusement, de ce passage rapide chez le longiligne britannique " J'étais un peu trop jeune pour en tirer beaucoup d'expérience. Je ne parlais pas anglais et Ben n'était pas très souvent là. Il n'y avait pas beaucoup de chevaux. Mais je retiens qu'il m'a fait un peu travailler et surtout que j'ai posé mes fesses sur Rolette, Robin Hood et Triple X III jeune".

Eu égard aux résultats du jour et de cette ligne sur son CV qui doit demeurer unique pour un cavalier français, Simon ne manquait pas, dès sa sortie de piste, de solliciter une forte augmentation de salaire.

Pub 4

Pub 5

DEAUVILLE LA TOUQUES

mardi 03 août 2021

Le Meeting Barrière 2021 est ouvert

Philippe Augier, Maire de Deauville, David Barré, Directeur Général Barrière Deauville et Guillaume Flavigny, responsable de l'Hippodrome de Deauville la Touques ont coupé le ruban significatif du lancement de l'édition du Meeting 2021 qui comportera 16 journées concentrées sur les mardis, jeudis, samedis et dimanches du mois d'août.

Premier temps fort du Meeting, le Prix Rothschild, un Groupe 1 doté de 300.000€ pour pouliches et juments de 3 ans et au-dessus que le jockey Olivier Peslier a remporté 4 fois de suite avec la déesse Goldikova.

Ryan Moore et Mother Earth dans un final tendu

Ryan Moore et Mother Earth (8) prennent le meilleur sur Samamiyra, C. Soumillon (1) et Speeak of Devil , avec S. Pasquier à l'extérieur

Elles étaient 14 à s'aligner sur la distance de 1600 m ligne droite. C'est au prix d'une lutte finale après un parcours peu favorable que la pouliche du clan Coolmore entrainée par le AP O'Brien s'impose de peu devant les françaises Sagamiyra et Speak of Devil respectivement montées par C. Soumillon et S. Pasquier.

La lauréate avait remporté en mai les 1000 Guinées à Newmarket avant d'enchaîner des accessits prestigieux : 2ème de l'Emirates Poules d'essai des pouliches puis 3ème des Coronation Stakes et des Falmouth Stakes, tous des Groupes 1.

Ryan Moore avait investi les lieux très tôt avec des ambitions manifestes

Le jockey Ryan Moore, Britannique de 37 ans originaire de Brighton, est un habitué de Deauville où il a souvent brillé et en particulier dans le Prix Rothschild qu'il remportait en 2017 avec Roly Poly. Aujourd'hui, à peine le ruban inaugural coupé et avant le premier spectateur, le futur vainqueur investissait les lieux.

Debriefing après la victoire avec l'entraineur, l'énigmatique irlandais AP O'Brien