DUTCH MASTERS – BOIS LE DUC

GR AND PRIX ROLEX

 Niels Bruynseels et Gancia de Muze crucifient  12 apôtres !

 

C'est une ambiance religieuse, mystique même qui a présidé à cette première édition du Rolex Grand Slam disputée dans la cathédrale des "BrabantHallen" totalement rénovée . Une ambiance créée d'abord par la solennité des lieux dont la décoration et l'aménagement relevaient d'une délicatesse qui frisait la pureté. Puis, de cette  enceinte feutrée, l'ambiance sportive est montée en puissance.  Vendredi puis samedi avec deux épreuves qualificatives redoutables qui valaient au chef de piste d'être cloué au pilori.

 

 

Lors de la reconnaissance anormalement longue, on sentait ,à chaque obstacle  autour des petits groupe formés par étendard national ou par écurie , une pression inhabituelle s'installer. Allait-on de nouveau assister à une élimination rude et intransigeante qui aurait valu de voir sortir les meilleurs avec tristesse et  désolation où, vivre un de ces moments sublimes qui valent d'être inscrits au livre d'or du sport équestres. 

En un mot: un final au goût amer avec 3 ou 4 barragistes où un épisode suffisamment  sélectif mais au cours duquel un grand moment de spectacle  serait l'aboutissement.

Le chef de piste en tenait le scénario. Et une fois de plus le placide  Louis Koninckx  a su dessiner une pièce maitresse de son œuvre.

De cette œuvre magique qui a fait  dire  à tous les observateurs qu'avec les mêmes cavaliers et les mêmes chevaux que voilà quelques mois, le saut d'obstacles a encore franchi une étape d'excellence, c'est le Belge Niels Bruynseels qui a tiré les marrons du feu avec sa jument Gancia de Muze, cela aux dépens de 12 autres barragistes ô combien méritants eux aussi.

Même si quasiment personne n'avait pronostiqué le couple vainqueur, il suffisait de se reporter fin décembre à Malines lorsque, chez lui, le Belge s'était imposé dans le Grand prix des Flandres. Aujourd'hui, il était le dernier à partir avec la fille de Malito de Rêve , certes un avantage mais il lui fallait battre  le temps de 37.80 réalisé par Marcus Ehning et Cornado NRW totalement retrouvé. Harrie Smolders et le bouillant Emerald s'y était cassé les dents pour 9centièmes et Steve Guerdat qui partait diablement motivé avait fait basculer le NO1 avec Bianca.

Allons au fait ! Niels et Gancia ont gagné avec 7 dixièmes d'écart . Où ? Comment? Qu'importe, ils sont au palmarès de la première des 4 épreuves du Grand Slam Rolex avec pour défi d'aller vaincre à Aix la Chapelle, Calgary et Genève pour empocher le pactole.

 

 

Côté français on retiendra la très belle performance de Patrice Delaveau dont le saut sur le dernier oxer du triple  avec Aquila restera dans les annales. Hélas pour le Normand, le barrage s'est soldé par 8 points de pénalité et une 12ème place. Kevin Staut se pose sans doute encore la question de savoir pourquoi Rêveur a touché le N°2. Simon Delestre et Chesall étaient hors sujet alors que Julien Epaillard s'en sort bien avec 8 points pour Usual Suspect d'Auge tandis que Bosty laissait entrevoir un exploit eu égard aux belles sorties de Sunshine du Phare dans les deux qualificatives.

Bref ! Un Grand Prix qui augure encore de bien belles choses pour la saison 2018 et qui surtout montre à ceux qui souhaiteraient s'en rendre compte dans le futur, Bois le Duc est à 500 km de Caen, comment un organisateur peut, à la fois proposer du grand sport dans un climat noble et populaire à la fois.

N'oublions pas qu'avant d'être un concours hippique les "Dutch Masters" ont qualifié la horde de grands peintres flamands emmenés par Rembrandt,Vermeer, Van Gogh etc.... Il en reste!

Galeries photos