Derniers Articles

BORDEAUX

jeudi 14 février 2019

TOBAGO Z ..........A Moitié Normand !

 

 

 

Samedi dernier, l'Allemand Daniel Deusser remportait, à Bordeaux,  sa 3ème épreuve Coupe du Monde de la saison.Pour l'occasion, il montait Tobago Z,  un étalon du StudBook Zangersheide . A y regarder de près, Tobago Z est pétri de sang normand .

Né   en  2008 chez Jonas Bellemans à Affligem, une commune du Brabant flamand plus connue pour sa bière d'abbaye,  à une vingtaine de kilomètres de Bruxelles, Tobago, devenu Z, est un produit BWP par  Tangelo  van de Zuuthoeve et  Whoopie C une jument par Mr Blue.

Tangelo est un fils  de Narcos II et d'une mère par Laudanum. Il fut monté en compétition par le Néerlandais Roelof Bril. Si l'extraction normande de Narcos II est patente, celle de Laudanum (PS) peut également l'être tant  il avait ses quartiers dans notre région.

Une souche maternelle normande aussi

La 3ème mère de Tabago Z, Orchidée (FuriosoZ par Furioso II ( Furioso et Dame de Ranville (SF)

India vd Padenbore, la mère d'Orchidée est née de l'étalon SF Fantastique lui même issu d'Ibrahim. Sa mère Draisienne avait pour mère Romance (SF) par Laurier Thym ( Ultimate et Amie d'Enfance par Nonante)

Tobago Z une carrière tardive mais ô combien stellaire

A propos de Tobago, présenté par son éleveur- cavalier au Championnat du monde de Lanaken en 2013, alors qu'il avait 5 ans, le fils de Tangelo n'est revu en piste  que 3 ans plus tard  avec  Daniel Deusser . Une partie de la saison 2017 sous la selle de la Suédoise Jona Ekberg, l'étalon alezan enregistre son premier succès sur une 135 à Lier. En octobre, Daniel Deusser enlève  avec lui la Coupe du Monder d'Oslo. Vainqueur des Sires of the World à Malines, Tobago qui vient d'avoir 10 ans collectionne les accessits dans les épreuves du Global à Shangai, Mexico, Estoril, Chantilly avant d'enlever le GP de Lyon l'épreuve Coupe du Monde de Madrid et celle de Bordeaux avec entre-temps une 4ème place à Prague lors de la finale du GCT et une 3ème place dans la Coupe du Monde d'Amsterdam.

A 11 ans, Tobago Z  réserve encore de belles et bonnes surprises ......... un peu à la Normande !

 

 

Pub 1

BORDEAUX

lundi 11 février 2019

Groupement des Eleveurs de Sainte-Mère-Eglise

 

Née chez Evelyne et Aymeric Merand,

Ulloa du Trèfle 6ème du Grand Prix

 

Nicolas Deseuzes - Ulloa du Trèfle ( Photo by Courtesy of Etienne Robert - Le Cheval)

 

Et encore un ! Encore un produit né chez un éleveur du Groupement de Sainte-Mère-Eglise. Après Quabri de l'Isle,  Old Chap Tame, Polias de Blondel, Ratina d'la Rousserie, Ulane Belmanière et d'autres, c'est Ulloa du Trêfle née chez Aymeric et  Evelyne   Merand à Ozeville qui s'illustre au plus haut niveau.

  Les Merand, dans la plus pure tradition des cavaliers-éleveurs

Ce sont eux, les Brohier, Navet  et plus  récemment Vasche   qui, sous l'impulsion de M. Laurens de Saint-Martin, ont dès le début des années 50,  entamé l'écriture  de la grande saga du cheval de sport  en Normandie. C'est dans ce "Triangle d'Or" que sont nés Sans Souci, chez les Ruel et Silbersee ( ex Hozeville)  chez Jacques Hamel,les deux seuls chevaux français lauréats du GP d'Aix la Chapelle .

C'est précisément à Ozeville,  chez Aymeric et Evelyne Merand, qu'Ulloa du Trèfle, 6ème du Grand Prix de Bordeaux à vu le jour . Le couple Merand a, après un parcours  essentiellement équestre, pris voilà six ans, la succession de Jacques Hamel sur une ferme laitière. 

Avant cela, Aymeric Merand, originaire de Romans dans la Drôme, fait ses premières armes chez Fabrice  Paris pendant 2 ans . Après une année passée à l'ENE de Saumur pour obtenir le monitorat et rencontrer Evelyne qui suit le même cursus et qui deviendra son épouse, ensemble, ils émigrent  deux nouvelles années à Gaillon dans l'Eure avant de revenir, pour Aymeric, monter les chevaux de François Vasche à Sainte-Marie du Mont. Dans le même temps les jeunes Merand ont entamé un élevage de chevaux de sport. Ils montent leurs produits et ceux des éleveurs des alentours tout en se rendant compte que l'avenir dans ce domaine  exclusif n'est pas le plus approprié d'autant qu'Aymeric, victime d'un accident de la circulation (genou brisé) , ne peut plus monter. Tout en poursuivant leur activité équestre, Aymeric fait des remplacements de traite et devient salarié chez Jacques Hamel où il va demeurer 4 ans en tant que salarié.

L'heure de la retraite sonnant pour Jacques, c'est Aymeric qui reprend l'exploitation de 95 hectares fortes de  80 vaches laitières auxquelles se mêlent quelques poulinières pour produire 3 ou 4 poulains par an . Discret, voire taiseux, Aymeric, lui le gars du sud, s'est particulièrement  bien  intégré dans ce coin du Cotentin où naturellement , il pérennise cette belle tradition des cavaliers- éleveurs.

Ulloa une belle histoire comme tant d'autres.

 

Photo : Etienne Robert - Le Cheval

 

C'est Jacques Hamel qui parle :"  Nous avons acheté Michel Poulain et moi la pouliche lors des ventes de Ravenoville (NDLR dont ils sont tous les deux les organisateurs). Nous l'avions déjà remarquée à l'occasion  du concours local de Saint-Sauveur le Vicomte. J'avais de mon côté deux poulains à vendre qui ne sont pas  partis. Alors que les ventes  étaient un peu molles, Michel m'a dit : on achète la pouliche. J'étais réticent en imaginant que j'allais rentrer  avec mes deux poulains invendus  en disant à mon épouse que j'en avais acheté un autre. Bref ! Il n'y a pas eu de drame" conclut Jacques.

Selon l'acquéreur, Ulloa était moins jolie à 3 ans  (NDLR : Elle termina 7ème du championnat de France des foals et remporta le concours des 3 ans de Ravenoville) :" Longue de dos, un peu saucissonnée". Il enchaîne : " A 4 et 5 ans, on l'a confiée à Sébastien Tencé. On ne savait pas vraiment ce qu'elle valait. Grande, elle enjambait". Vendue à un marchand de l'Aube, elle y  restera une année montée par Jérôme Duhamel. Vendue à Nicolas Deseuzes au cours de l'été 2015, Ulloa à 7 ans. Depuis, toujours sous la selle de celui qui est aussi le cavalier de la normande de Jullouville Quilane de Lezeaux, la jument  tout en montrant de la qualité, tarde à s'affirmer . On relève sa première bonne performance à La Baule en  2017  avec une 6ème place sur 145. Elle  enchaînera avec des places d'honneur à Vichy, Saint- Tropez et Crans Montana  au  cours  de l'été de la même année. L'an dernier, sans décevoir,  de bonnes places dans les CSI** sont là pour le dire,  la jument normande ne confirme pas. En janvier 2019, un succès dans une  145 à  Oliva attire l'attention.  A Bordeaux, après un parcours très encourageant dans une épreuve à 145, le cavalier  de Divonne les Bains parfaitement au fait des compétences d'Ulloa, tente le Grand Prix  avec le flair et le résultat que l'on connait.

Les origines

Ulloa du Trèfle est une fille de VDL Sheraton ( OLD - Indoctro) et Florine des Champs par Double Espoir. Florine des Champs est bien entendu née chez Jean-Yves Lemasle à Saint Martin des Champs (50). Aymeric Merand précise qu'il avait acquis la jument auprès d'un employé  de Jean-François Couétil.

Le  1er mars , il ne fait pas de doute qu'Evelyne et Aymeric Merand seront honorés comme il se doit à l'occasion de l'Assemblée Générale du Groupement des Eleveurs de Sainte-Mère-Eglise. 

 

 

 

Pub3

SAINT-LÔ

samedi 09 février 2019

SALON DES ETALONS TROTTEURS

 

Une réussite totale

 

 

 

Première étape des 27 Grands Evènements  2019 du Cheval en Normandie le  salon des Etalons Trotteurs de Saint-Lô a donné le ton.

 

 

Yann Adam, pour le Pôle Hippique de Saint-Lô, Stéphane Deminguet pour le Conseil des Chevaux de Normandie et Pascal Launey, Directeur de l'école AFASEC  de Graignes  peuvent avoir le sourire. En décalant de deux semaines le salon des étalons trotteurs de celui des chevaux de sport, ils ont réussi à faire de cette 4ème édition une manifestation de référence. 

 

André Denot, Président du Pôle Hippique et Yann Adam, Directeur, avec Fabien Cailler de Provinces Courses, animateur du salon.

 

 

 

 

 

 

 

Le nombre d'exposants qui ceinturaient la carrière de présentation suffit à montrer l'intérêt de la profession tout autant que les spectateurs, entraîneurs, drivers ou, tout simplement curieux de découvrir une palette d'étalons . Car, c'est bien là l'intérêt de l'événement. La présentation de vedettes tels  Akim du Cap Vert, Fakir du Lorault ou encore Dexter Fromentro constitue la particularité de la manifestation saint-loise. Saint-Lô Agglo un territoire qui s'affirme là comme une véritable plateforme de la synergie depuis si longtemps espérée entre le sport et les courses.  Le Pôle Hippique, l'hippodrome de Graignes et l'école AFASEC qui  y est adossée sont des atouts que tous les acteurs de la filière sont enthousiastes de dynamiser. 

 

 

Calin de Laumont   tout  en beauté

 

Après quelques conférences techniques la présentation d'étalons entamée par Ausone du Kastel s'est poursuivie avec Calin de Laumont un fils d'Hand du Vivier  proposé par le Haras de Vire. Particulièrement tonique ce trotteur de  7 ans  qui évolue essentiellement sur les pistes méditerranéennes  avec  Stéphane Cingland est titulaire  de 11  victoires  auxquelles s'ajoutent 6 places de  3ème sur 21 sorties .

 

Fakir du Lorault  interpelle

 

Bien sûr qu'il interpelle ce fils de Vaillant Cash, précoce et dur à l'ouvrage. Sa récente prestation de Vincennes  dans le Prix Ch. Tiercelin (GrII) au cours duquel il a résisté jusqu'au dernier mètre à l'inaccessible  Face Time Bourbon laisse augurer un avenir  certes sportif  mais aussi de reproducteur à ce cheval distribué par Sud-Manche Haras.

 

Akim du Cap Vert  en invité d'honneur

 

 

Après la présentation de Dexter Fromento  lui aussi très attendu après son succès dans le premier Groupe  1 de Thomas Levesque en temps qu'entraîneur et de sa soeur Camille en selle, c'était au tour d'Akim du Cap Vert de retenir toute l'attention des uns et des autres .  A 9 ans le fils de First de Retz ancien vainqueur du Critérium des 4 ans revendique une très belle 4ème place du Prix d'Amérique  et aujourd'hui un compte en banque de plus 1.3 million d'Euros. Toujours confié à Frank Anne, il est né chez Michel Roussel à Varsainville dans le Calvados.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le tableau d'honneur

 

 

La salon des étalons est aussi l'occasion de mettre en lumière les hommes et les femmes qui s'investissent chaque dans la filière du trot normande pour en faire l'excellence que partout on lui reconnait.

D'Alain Beaumont, vétérinaire à Gavray, éleveur de Cleangame lauréat du GNT 2018 à Robin Lamy , Romain Marty les meilleurs apprentis , Frédéric Héon le maître de stage de Romain  et Michel Roussel  l'éleveur d'Akim du Cap Vert , ils ont tous reçu les compliments  d'usage pour leurs performances. Les élus emmenés par André Denot, Président du Pôle Hippique,  accompagnés  de plusieurs présidents de sociétés de courses dont, pour la première fois, ceux d'Evreux et de Mauquenchy n'ont pas manqué de mentionner l'ancrage de la filière dans une grande Normandie.