Derniers Articles

SAINT-LÔ

mardi 27 octobre 2020

CHEVAL  NORMANDIE - CRITERIUM D'AUTOMNE

Chevaux de 3 ans Femelles et Hongres

Les clameurs  du CSI4* et des ventes NASH à peine tues, ce sont hier les étalons de 2 et 3 ans qui ont investi le Hall du Pôle Hippique pour une journée d'entraînement. Aujourd'hui, dès 9h00 place aux femelles et hongres de 3 ans pour un marathon de 48heures . Ce sont plus de 300 sujets qui passeront devant les jurys.

La matinée était consacrée de ceux entre 1.65m et 1.67m

Parmi eux  HELIOT DE VESQUERIE a attiré l'attention

 

Il s'agit d'un hongre alezan né chez les Coulombier  à Sartilly mais propriété du jeune Tom Cherré  qui le présentait

C'est un fils de Candy de Nantuel  et de Kermesse du Rouet par Souviens Toi III. Il est issu de la souche de Milady du Rouet qui a produit Quatoubet du Rouet, Caloubet du Rouet, Jivaro du Rouet, En Avant du Rouet.

Pub 1

Pub 2

Pub 3

SAINT-LÔ

dimanche 25 octobre 2020

MEETING D'AUTOMNE CSI4*

Grand Prix du Conseil départemental de la Manche

Julien Epaillard  : Enfin!

 

C'est impensable certes mais c'est la réalité. Depuis le début de sa carrière, le Manchois n'avait jamais gagné  de Grand Prix à Saint-Lô. Qu'il s'agisse  du Normandie Horse Show ou du Concours international. C'est aujourd'hui chose faite  pour la première édition du CSI4*. Alors que toute l'élite mondiale avait été convoquée, c'est un " gars du coin" qui gagne, montrant, une fois de plus,  que la Normandie fait naître les meilleurs chevaux et les cavaliers qui vont avec. Car, depuis le début du concours, y compris le CSI2* ce sont les Normands qui ont dicté leur loi :

 

Benjamin Devulder jeudi avec Vert de Gris, Edward Levy vendredi avec Rebecca LS, Pénélope Leprévost  et Une Etoile Landaise hier  en avant première du GP du CSI2* remporté par Geoffroy de Coligny  et Raimondo du Plessis. Meilleur cavalier du concours, seul le Suédois Enrick von Eckerman, Viking par alliance de certains Manchois peut-être, tire son épingle du jeu dans le clan étranger. On arriverait même à oublier que Scott Brash, ancien numéro 1 mondial, a remporté une épreuve.

 

 

Il a fallu attendre 24 ans !

Avant de  narrer les événements de la journée qui ont conduit à son succès, il convient de rappeler les meilleurs moments saint-lois du natif de Brix. Les premiers faits de guerre de "Juju" remontent au NHS 1996. Champion d'Europe jeunes cavaliers en titre, il remportait le prix de la ville de Saint-Lô avec Si tu Viens et prenait la 3ème place du Derby avec le même étalon des Haras nationaux. L'année suivante, toujours avec Si tu Viens, il remportait le derby. En 2003, il était 4ème du GP du NHS avec Grain de Voltaire. En 2007, 4ème du GP du NHS avec Kanthaka de Petra.

En ce qui concerne le  CSI3*, Julien se classe 2ème en 2004  avec Hyades Belmanière  et 2ème en 2007 avec Labrador de Breka

  Lepetit- Lhopital : deux grandes signatures pour le Grand Prix

 

 

Aujourd'hui, ils ne sont pas tendance. Régulièrement bousculés, Jean-Paul Lepetit  et son adjuteur Alain Lhopital  doivent sans cesse se justifier. Dans les coulisses  de Saint-Lô, on savait qu'ils étaient attendus. Jusqu'au départ du Grand Prix chacun saluait leur prestation entamée voilà 10 jours. Le tracé du Grand  Prix semblait ne pas susciter de critique. Mais les choses se corsaient et les inquiétudes montaient lorsqu'après 20 cavaliers on ne comptait aucun sans faute. Les qualifications successives de l'Irlandais Mark Mc Auley  et de la Nordiste Juliette Faligot  furent propices à détendre l'atmosphère. Finalement on en dénombra 7 pour atteindre le Graal.

Il convient aussi avant de mettre des mots  sur les derniers moments de cette splendide épreuve de rapporter les propos de  Thierry Pomel  sélectionneur de l'équipe de France : " C'est un Grand Prix parfaitement dosé  qui convient au mieux au plateau présent. Il est clair qu'entre la notoriété des cavaliers et le niveau des chevaux  il peut exister un certain écart". En effet, la subtilité et la difficulté de l'équation posée au chef de piste, comme souvent dans ces CSI4* , compétitions charnières entre les CSI3* égaux au Grand National et les CSI 5* réservés à l'élite, par ailleurs peu nombreux au calendrier, est d'adapter le parcours à un plateau moins homogène souvent composé de chevaux plus jeunes.

Aujourd'hui, les chefs de piste non seulement ont trouvé la bonne  mesure mais ils ont aussi permis à la fois de confirmer la place de N°1 Français de Julien Epaillard et à deux cavalières  françaises de se mettre en évidence. 

Juliette Faligot allume la mèche. Julien Epaillard déclenche l'explosion

 

 

On savait la cavalière de Bailleul dans les Hauts de France particulièrement compétitive avec sa jument de 10 ans Arqana de Riverland ( Cornet Obolensky x Diamant de Semilly) mais pas encore à ce niveau . Les observateurs présents avaient déjà pronostiqué une belle performance. S'ils avaient jugé son parcours de la veille moins pétillant, ils qualifiaient le premier  tour d'exception. Partie 2ème, elle provoquait le chrono tout autant que ses 5 autres adversaires. Nina Mallevaey, 20 ans, ne se laissa pas impressionner aux rênes de Virtuose Champeix, un mâle 11 ans fils de Rubins des Bruyères ancienne monture de Julien Epaillard   qui par ailleurs coache la jeune  cavalière depuis 2 ans membre de l'Ecurie Chev'el avec Jeanne Sadran la fille du propriétaire. La Lilloise s'installait donc à la 2ème place. Henrik von Eckermann qui montait là King Edward, le cheval de sa compagne Janika Sprunger, enceinte, passa un peu trop de temps en l'air. Il prenait un strapontin derrière les deux Françaises. Laurent Goffinet fut fautif avec Atome des Etisses. C'est, avant qu'Alexandra Francart elle aussi victime d'une faute ne clôture la fête, que Julien Epaillard enflamma le Hall du Pôle. En selle sur Queeletta, une jument oldenburg de 12 ans, également propriété de la Sté Chev'el  avec laquelle il terminait  10ème du CSI3* de Saint-Lô en 2019, le Normand qui, un instant après avoir négocié à merveille sur une bonne foulée l'oxer et le virage de l'obstacle Manche, hésita à prendre l'option à droite après le double pour se diriger vers le vertical final. Qu'importe, le chrono afficha 1 seconde et 9 centièmes de moins que sa dauphine Juliette Faligot.

La Marseillaise retentit pour un podium français fait de Normandie et des Hauts de France. On se donna rendez-vous pour 2021 avec pour seul souhait : Que les masques tombent!

 

 

Pub 4

Pub 5

SAINT-LÔ

dimanche 25 octobre 2020

MEETING D'AUTOMNE

Hier, une grosse journée avant la "TRES" grosse du Grand Prix de clôture

La journée de samedi était particulièrement bien fournie.

A commencer par :

Le Prix des vans Théault- CSI2* - Marie Demonte et Apremier

 

Il s'agissait d'une épreuve de vitesse. Elle était remportée par Marie Demonte et Apremier, un mâle de 10 ans par Diamant de Semilly. Le premier accessit revenait au local  le jeune Hugo Paris associé à Dynamite des Forêts, une jument de 7 ans fille de l'Arc de Triomphe. Le podium était complété par la Suissesse Laetitia di Couedic en selle sur   Arizona Star, un hongre de 10 ans par Ogano Site, né chez Jean Paul Coche à La Baule

 

Le Prix Groupama- CSI4* - Pénélope Leprévost et Une Etoile Landaise

 

Nouveau partenaire s'il en est eu égard à son implication dans le monde agricole, Groupama permettait à  ses représentants d'avoir le privilège de récompenser Pénélope  Leprévost. La Championne olympique montait Une Etoile Landaise, une jument  de 12 ans par Balougran et Socrate de Chivré  née  chez Luc Roger à La Lande d'Airou dans la Manche. Etoile Landaise débutée par Antoine Courpied a été successivement montée par Nicolas Paillot, Romain Basmaison, Julien Gonin, Michel Robert, Dominique Robert son épouse pour une compétition, Eden Leprévost- Blin Lebreton  et hier soir sa maman Pénélope  de brillante manière. La Normande devance Simon Delestre et Quopilot Batilly Z ( Qlassic Boimargot) et Julien Anquetin avec Gravity of Greenhill.

Le Prix de la Région Normandie- CSI4* - Geoffroy de Coligny et Raimondo du Plessis

 

 

Huit barragistes ! Une fois de plus et comme depuis le début du concours le duo Lepetit- Lhopital  dominait parfaitement son sujet. Mathis Burnouf entamait les  débats avec un score assez lourd de 12 points. Le métier rentre pour ce jeune manchois prometteur. La maîtrise se fit sentir immédiatement avec le démonstratif  Geoffroy de Coligny associé au bouillant Raimondo du Plessis. Depuis longtemps habitué des flots gagnants, le Normand en quittant la piste laissa un sacré défi à Patrice Delaveau et Fleurbelle N, une jument hollandaise de 10 ans fille d'Heartbreaker. Il manqua 52 centièmes au Vice-Champion du Monde de Caen pour   faire jeu égal  et 1 de moins pour s'imposer face à son compatriote. On imagina un moment que Denis Morel brillant vainqueur  du Petit Grand Prix voilà une semaine et bondissant au premier tour allait mettre tout le monde d'accord avec son dynamique Ciel de Sirius. Hélas le fils de L'Arc de Triomphe en décida autrement en concédant 4 points comme Olivier Martin remarqué avec Aryane de l'Iserand (Diamant de Semilly) chère à Jean Moretto.

Raimondo du Plessis , contrairement à ce qu'on pourrait d'emblée penser, n'est pas né chez André Chenu. Il a vu le jour chez Marine Volkaert à Saint Germain la Campagne dans l'Eure. Il est issu de Calin du Plessis (Quidam de Revel) un étalon maison, longtemps monté par Christian Hermon et Bacci du Plessis (Mister Sartilly) aussi née au Manoir du Plessis. Du circuit court! Actuellement, Geoffroy de Coligny monte son homonyme, 22 ans plus jeune, un hongre de 8 ans donc fils de Magic d'Elle.

Le Prix Saint-Lô Agglo - Ville de Saint-Lô -CSI4*  Hilary Scott et Oaks Milky Way

 

Epreuve ludique et finale de la soirée, cette compétition des 6 barres rassemblait une petite dizaine de concurrents. Elle s'est conclue par la victoire de l'Australienne Hilary et Oaks Milky Way une jument de 13 ans par Clearway et Galaxie Pierreville ( Jalisco B) née chez feu Georges Brohier à Audouville la Hubert dans la Manche.