Derniers Articles

SAINT-LO

lundi 14 octobre 2019

CHAMPIONNAT DE FRANCE D'ATTELAGE

Elite 1 Poney  -  Une affaire de filles

 

 

Une vraie affaire filles ! Non seulement le podium est féminin mais tout le plateau de ce championnat est féminin avec 9 concurrentes. Cette catégorie est d'autant plus intéressante à revoir dans la mesure où la grande favorite Claire Lefort fortement pénalisée au marathon perdait toutes ses chances de ravir  son 8ème titre consécutif. Ainsi, la porte s'ouvrait aux velléités de ses adversaires.

Le titre revient à Marie Verna. Agée de 18 ans, la jeune bachelière qui se dirige vers une  carrière professionnelle dans les douanes est née sur une voiture d'attelage. En effet, elle est la fille d'Eve Cadi-Verna, 7 fois Championne de France d'attelage à 2 chevaux, N°1 mondiale de la spécialité en 2005 et médaille de bronze par équipes au Championnat du Monde de Conty en 2011. C'est à la Normandellerie, commune de Continvoir  distante de quelques kilomètres ou plutôt lieues lorsque l'on  évoque l'attelage que la famille à ses quartiers.

Cinquième de l'édition 2018, lauréate de l'épreuve saint-loise en 2018, la Tourangelle connaissait bien l'endroit. Seconde du dressage derrière l'infortunée Claire Lefort, elle réalisait un marathon moins percutant qui cependant lui permettait de prendre la 1ère place au provisoire avant la maniabilité. Sans faute à l'instar des Anna,Céline, Emilie et d'autres, elle décroche son premier titre national associée à Zanberg's Habakuk un poney Welsh de 12 ans.

Sa dauphine Anna Christmann, de quelques années son aînée vit à Sacy le Grand près de Clermont dans l'Oise auprès de son compagnon Sébastien Vincent l'un de nos ténors français en attelage à 4 chevaux. C'est manifestement à ses côtés que la passion de l'attelage a conquis cette toujours souriante jeune femme qui a débuté sa carrière hippique avec le saut d'obstacles qu'elle pratique encore régulièrement.  Quasiment absente de la sphère attelage en 2018, Anna est revenue très forte pour 2019 avec deux poneys au potentiel supérieur. Unic d'Eye d'Ihia, un PFS de 11 ans propriété de J. Daneels du Haras des Grands Joncs Marins à Bois Guilbert (76) avec lequel elle participait fin septembre au Championnat du Monde en Hongrie et où elle obtenait la 23ème place et Nijebert's Nico, un Welsh de 8 ans appartenant à Philippe Lenglet meneur lui-même, 4ème du Championnat  amateur à 2 poneys. Par ailleurs, Anna est très proche d'Anne Violaine Brisou qui lui fait profiter de sa grande expérience.

Le podium est complété par  Céline Le Bihan, Lilloise de naissance eh oui! compagne d'Alexandre Thibeaudeau, le "boss" créateur de la firme Kestrian, constructeur de boxes et abris à Lanquetot en Seine Maritime. Alexandre, meneur également termine 11ème du championnat amateur à 1 poney. Vice-Championne en 2018 derrière l'inaccessible Claire Lefort, la protégée de Fabrice Martin, le référent de la filière attelage au Haras du Pin, n'a pas manqué à sa réputation en remportant brillamment le marathon aux rênes de son dynamique PFS  de 11 ans Upperway des Deux Kas. Bien que sans faute à la mania, elle n'a pas pu effacer sa 9ème et dernière place du dressage.

Enfin, comment ne pas évoquer  d'abord la  balise tombée à la maniabilité pour la Haut-Normande Bérengère Cressent  5ème qui laisse filer la 3ème place au profit de Céline Le Bihan et surtout l'erreur de parcours  au N°3  " Kestrian" du marathon de l'opticienne Montalbanaise Claire Lefort . Erreur corrigée mais qui  la pénalise de 22 points. 

Pub 1

Pub 2

Pub 3

HIPPODROME DE GRAIGNES

lundi 14 octobre 2019

Le diamant  Feliciano remporte le Prix Joaillerie Guérin

Photo Freddy Grippeau

 

Il est rare et heureux de pouvoir vivre une telle course sur un hippodrome de province à l'exception d'un quinté ou d'une étape du GNT. Hier sur l'hippodrome de Graignes, le Prix joaillerie Guérin de Saint-Lô  doté de 41.000€ était sans condition de gains.

C'est ainsi  que les turfistes présent  avaient sous les yeux, outre  Feliciano vainqueur récent du prix de l'Etoile Gr1 à Vincennes ainsi que plusieurs autres chevaux de classe.

Photo Freddy Grippeau

Comme c'est souvent le cas dans de telles courses, les chevaux qui n'ont que de telles occasions pour briller à côté de quelques stars affichent des ambitions bien légitimes qui peuvent piéger les vedettes. Là, habitué de la piste de Graignes, David Thomain a pris les choses en main pour s'imposer avec une relative facilité sur une réduction kilométrique de 1.14.5 alors que lors de son succès parisien, il affichait un  chrono de 1.10. Entraîné par P. Allaire sous les couleurs de l'écurie des Charmes Feliciano est un fils de Ready Cash. Ready Cash qui a aussi engendré Daelia de Vandel qui prend la 2ème place. Sébastien Ernault au sulky de Destin Carisaie accroche le second accessit.

 

Pub 4

Pub 5

SAINT-LO

dimanche 13 octobre 2019

CHAMPIONNAT DE FRANCE D'ATTELAGE

Un retour gagnant en Normandie

 

C'était de 2010 à 2013. Le Carrossier normand organisait  les Championnats de  France  d'attelage sur le site de l'hippodrome de Lisieux . En 2011, l'engouement  autour des médailles des meneurs  du  Championnat du Monde de Conty donnait le signal de la montée en puissance de l'attelage français. Quentin Simonet, le " jeune" conseiller technique national- toujours en poste- ne manquait pas de mentionner que le nombre de licenciés avait doublé en quelques années. Aujourd'hui, alors que les meneurs à 4 chevaux sont dans le trio mondial,  les valeurs sûres telles Eve Cadi-Verna et Anne Violaine Brisou sont toujours  au sommet d'une hiérarchie de plus en plus contestée par des jeunes, très jeunes mêmes à l'image de Marie Verna et Chloé Ubeda . Un signe manifeste de bonne santé pour la discipline qui, rappelons-le demeure un sport à part entière.

 

 

Par ailleurs, alors que Saint-Lô n'était étiqueté que saut d'obstacles, voilà que le Pôle Hippique manchois après s'être approprié la discipline du Horse-Ball, accueillait pour la première fois dans le département une épreuve majeure d'attelage dont l'organisation était confiée à Manche Attelage. Ses preuves faites depuis plusieurs années avec un concours national annuel l'association Manche Attelage- Pôle Hippique  a parfaitement fonctionné tout au long de ces trois journées, cela à la satisfaction tant des meneurs que de l'équipe fédérale en ajoutant que les trombes d'eau tombées mercredi  avaient sérieusement perturbé la préparation technique en même temps qu'elles imposaient des aménagements d'horaires pour le dressage de vendredi afin de préserver l'état de la magnifique piste en herbe. 

Bref! Les uns ont fait un superbe travail  qui a permis aux autres d'accomplir des performances saluées par un public qui avait rempli toute la tribune de la piste Uriel pour l'épreuve finale de maniabilité. On dit que le championnat pourrait revenir à Saint-Lô en 2021. On y pense déjà!

Deux titres pour les Normands et des accessits

Maricourt toujours

 

Quatre fois champion à 1 poney avec son légendaire pottok pie, le meneur de Saint-Pierre sur Dives a  grandi, il a fondé une famille, est en charge du concours de Lisieux, est passé à quatre chevaux avant de revenir à deux et de frapper à nouveau. Ceci dit la lutte a été indécise jusqu'à la dernière porte de la maniabilité. En effet, premier du dressage Maxime terminait 6ème du marathon et se retrouvait avec seulement 28 centièmes d'avance sur la Tourangelle Eve Cadi-Verna  qui affiche au moins 7 titres nationaux au compteur. Pour l'un comme pour l'autre les choses n'ont pas bougé  lors de la maniabilité et le Normand pouvait exploser de joie au passage de la cellule .

 

 

 

Jean-Charles Davoust, la surprise.

Troisième sur 4 partants  dans la catégorie Elite à 4 poneys, le maréchal-ferrant de Mortagne au  Perche, qui fut vice-champion en amateur en 2010 et 2014, renversait la vapeur en s'imposant dans l'épreuve du marathon. Fort d'une avance de 28 points  avant la maniabilité et  46 après, sur son poursuivant l'Alsacien Guthmann tenant du titre  qui est manifestement passé à côté de son championnat, l'Ornais pouvait se permettre de jouer la montre pour s'assurer le titre. C'est ainsi  qu'il franchissait l'arrivée  avec certes 18 points de pénalité mais avec l'écharpe nationale autour du cou.

 

 

Simon Georges un hussard

Agriculteur  aux multiples compétences : production laitière, betteraves, lin à Canouville près de Fécamp, Simon a marqué l'esprit des spectateurs à l'occasion du marathon de la catégorie Elite 1 cheval. Associé à un cheval polonais  qu'il mène depuis 2015, Simon a mis en évidence le courage de "Celt", c'est son nom. Vainqueur de l'épreuve, il remontait aux basques du duo quasi inaccessible Marion Vignaud, Anne-Violaine Brisou. Place qu'il maintenait  lors de la maniabilité où il prenait la 3ème place.

 

 

Anthony  Martin, la bonne opération

 

Le métallier du Petit-Celland près d'Avranches, par ailleurs sociétaire de Manche Attelage, n'aurait pas imaginé être à si belle fête. Neuvième après le dressage dans la catégorie à 1 poney, il s'appropriait le marathon pour remonter à la 4ème place. Grâce à une maniabilité sans faute, à la faveur de l'élimination d'Aurélie Suin et aux 3 points du Lyonnais Vincent Faure, le meneur manchois montait sur le podium, sa plus belle performance jusque-là.